Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Pierre du Thil

Histoire et patrimoine à travers des lieux et des personnages de la Gascogne gersoise.

Sur les pas d' Antoine de Roquelaure ... à Auch

Publié le 3 Novembre 2011 par Pierre du Tilh

QUI ETAIT-IL ? ( rapide biographie de ce célèbre Gascon )

 

Né en 1544 , fils de Géraud de Roquelaure, il fut très tôt le protégé de Jeanne d'Albret et devint vite le compagnon et l'ami du jeune Henri , roi de Navarre. Plus tard, il participa aux principaux combats aux côtés de celui qui devint Henri IV . Souvent oublié par les historiens , il fut toutefois un des principaux personnages du Royaume, avec d'importantes fonctions. Mais aux attraits de la Cour, il demeura fidèle à ses ses racines gasconnes . C'est ainsi qu'il préféra vivre dans ses châteaux de Roquelaure , ou du Rieutort ...avant de se lancer , par amour de sa seconde épouse, dans la reconstruction du château de Lavardens ( dont il ne connaîtra pas l’achèvement ).

Son amitié pour Henri IV demeura indéfectible puisque le 14 mai 1610, Antoine de Roquelaure se trouvait dans le carrosse à l'instant ou Ravaillac perpétra son attentat.

En 1614 , Antoine de Roquelaure fut fait Maréchal de France par Louis XIII . Ses titres furent nombreux puisqu'il fût : Seigneur de Roquelaure,Gaudoux,Sainte-Christie,Mirepoix,Montbert, Baron de Lavardens et Biran, Sénéchal de Rouergue et de Foix, lieutenant général de la Haute Auvergne, Gouverneur de Guyenne !

Veuf de Catherine d'Ornézan avec qui il eut 6 enfants, il se remaria ( malgré ses promesses) en 1611,à l'age de 67 ans avec la jeune Suzanne de Bassabat qui lui donnera 12 enfants !

La légende dit «  en allant pour accommoder deux gentilshommes qui prétendaient à la main d'une

( même) dame, il les mit d'accord en la prenant pour lui ! »

Antoine de Roquelaure meurt à Lectoure en 1622 . Il a 81 ans. 464px-Antoine_de_Roquelaure.jpg

 

 

 ( gravure de Mouraisse : domaine public )

 

Antoine de Roquelaure... l'Auscitain ...

 

Si l'on connaît les différents lieux de résidence en Gascogne de l'illustre personnage , l'endroit ou se situait son habitation à Auch est resté longtemps méconnu.

Antoine de Roquelaure, a-t-il vécu dans le quartier de la Treille ? La question mérite d'être posée .

 

 

 

A la lecture du livre du très érudit Henri Polge «  Châteaux du Gers  », cela pourrait paraître vraisemblable car, page 27 il est écrit

« C'est à Auch, en son Hôtel de la Treille, dont la tour à escalier à vis existe toujours, qu'il maria en 1601 sa fille Rose à Henri de Noailles, puis son autre fille Louise à Antoine de Gramont. C'est dans ce même hôtel que sa première femme, Catherine d'Ornézan lui légua par testament, en 1604, l'usufruit de tous biens à condition qu'il ne se remarie pas...Mais si Roquelaure aimait son vieil hôtel auscitain sa seconde et jeune épouse Suzanne de Bassabat le trouvait triste aussi bien que le château de Roquelaure et c'est sous son inspiration que Roquelaure décida, en 1616 , de faire construire au Rieutort un château plaisant... »

 La-Treille-05-2011-002.JPG Chateau-de-Mazeres-04-2011-328.JPG

Or, de nos jours, il existe , non loin de la statue de Villaret Joyeuse, une remarquable tour octogonale enclavée dans un immeuble . De plus, à l'intérieur de cette tour il y a un magnifique escalier à vis, en belle pierre, remarquablement conservé qui pourrait accréditer l'idée qu' effectivement l'hôtel de Roquelaure se situait bien là... et notre petite enquête aurait pu s'arrêter là .

 

Toutefois en examinant la date de parution de l'ouvrage d'Henri Polge ( 1969 ) il apparaît qu'à cette période il existait dans le quartier  une autre tour avec un escalier à vis ! : c'est la tour « Subervie» ( aujourd'hui détruite ).

 

C'est la raison pour laquelle j'ai décidé de poursuivre mon « enquête ». Mes recherches m'amenèrent à prendre connaissance d'une très passionnante communication faite par M Alphonse Branet lors des «  Soirées archéologiques aux archives départementales » lors de la séance du 5 octobre 1896 le sujet en était « Le maréchal Antoine de Roquelaure et son habitation à Auch »

De cette abondante et très documentée intervention, je me suis permis d'extraire les passages relatifs à la résidence d' Antoine de Roquelaure au quartier de la Treille :

 

«  Le vieux manoir de Roquelaure était sans doute assez délabré et du reste peu agréable comme résidence . Antoine paraît avoir préféré la ville d'Auch, ou il habitait la maison de noble Jean de Poy-Ferrier, au quartier de la Treille ......Lafforgue, dans son Histoire de la ville d'Auch , dit que les comtes d'Armagnac à une époque très reculée avaient dans ce quartier un château que les seigneurs de Roquelaure acquirent au XIIème siècle, mais il n'appuie cette affirmation d'aucune preuve. Ce qui est certain d'après plusieurs actes trouvés dans les minutes de différents notaires et le livre terrier de 1619 (1), c'est que dans les premières années du XVIIème siècle , le futur maréchal de Roquelaure , comme nous venons de le dire , habitait une maison qui ne lui appartenait pas et n'en possédait pas d'autre à Auch.... g Antoine de Roquelaure, avant d'être un des plus chauds partisans d'Henri IV s'était montré ligueur acharné et en 1576 avait, en vain tenté de s'emparer d'Auch par ruse. N'ayant pu y parvenir, il avait saccagé les environs de la ville . Les habitants n'avaient pas dû lui en garder rancune puisqu'il vint vivre au milieu d'eux, faisant cependant de fréquents voyages à la Cour ou son langage provincial et archaïque le faisait remarquer.

C'est à Roquelaure * que le 31 octobre 1601 il maria sa fille Rose à Henri de Noailles, en présence de

« Révérendissime père en Dieu messire Léonard Desirapes, archevêque d'Auch et de Révérendissime père en Dieu messire Legier de Plas, évêque de Lectoure . » La dot fut de 20000 écus.(2)

C'est à Auch, dans la maison de Jean de Poy-Ferrier , que deux mois auparavant, en présence du même archevêque, fût passé le contrat de mariage de cette malheureuse Louise de Roquelaure , que son époux, Antoine de Gramont ...devait faire mourir en son château de Bidache....Antoine de Roquelaure lui avait donné 30000 écus de dot.(3)

C'est encore dans la même maison que le 9 septembre 1601 Catherine d'Ornézan, première femme d'Antoine, fit son testament.(4) Elle laissait à son mari l'usufruit de tous ses biens à condition qu'il ne se remarierait pas, et instituait son héritier son fils Jean-Louis ( qui mourut en 1610 ) ....

Jusque là Antoine avait patiemment enduré son veuvage, malgré une vigueur dont il nous donnera maintes preuves. Ce malheur le décida à se remarier malgré les volontés de sa première femme.

Il avait 67 ans. La situation était délicate à plus d'un point. D'abord il fallait trouver une femme qui consentit à épouser un vieillard . Si on doit en croire Tallemand des Réaux, il fit mieux : en allant pour accommoder deux gentilshommes qui prétendaient à la main d'une dame, il les mit d'accord en la prenant pour lui ; Cette dame était Suzanne de Bassabat, fille du baron de Pordéac ....

Ce mariage avec une jeune femme qui devait aimer la Cour et ses distractions, n'empêcha pas Antoine de continuer à résider à Auch.

Après la mort d'Henri IV, dans le carrosse de qui il se trouvait lors de l'attentat de Ravaillac, il fut nommé lieutenant général de Guyenne. ..

Malgré ses fonctions et le zèle qu'il y montrait, Antoine habitait sans doute souvent Auch , car en 1618 il se rendit possesseur du logis qu'il habitait depuis si longtemps à la Treille . Il acheta à Jean de Por, seigneur dudit lieu, sa maison dite de Ferrier qui confrontait à la rue Saint Clair et aux murailles de la ville. Elle était « chargée d'une pension de 6 livres au monastère de Saint-Orens. » La vente fur faite pour le prix de 4150 livres.(5)

 

 La-Treille-Photos-Ph-Andrieu-001.JPG

( photo Ph Andrieu )

C'est alors, sur la fin de sa vie, qu'il entreprit de nombreuses constructions. A Auch,il commence à bâtir ce vaste hôtel de Roquelaure qui est aujourd'hui le petit quartier et que domine une tour découronnée, seul reste des constructions antérieures au XVIIème siècle ...il commença les travaux du grandiose château de Lavardens,(6) qu'il ne put finir et que nul ne continua après lui , et des écuries du Rieutor.....(7)

La maison de la Treille fut surtout agrandie par le fils du maréchal, car nous trouvons dans ses comptes de 1647 que cette année furent levées des sommes de 2000 livres sur l'Astarac et de 6000 livres sur l'Armagnac pour des dépenses faites à la «  maison d'Auch . » (8)

C'est dans cet hôtel que la maréchale accueillit les Carmélites à leur arrivée à Auch en 1638. Les Roquelaure le vendirent en 1696 aux Ursulines, auxquelles M Daspe l'acheta pour le revendre en 1747 à l'intendant de La Bove , qui en fit une caserne. »

 

Pour terminer son exposé M A Branet rappelle avec une délectation non dissimulée qu' Antoine de Roquelaure mourut à Lectoure âgé de 81 ans (1625 ) et qu'il partagea donc quatorze années avec sa seconde ( et jeune ) femme avec qui il eut 12 enfants ( dont huit garçons ) !

 

En conclusion et compte tenu de tous ces éléments , nous pouvons aujourd'hui, en déduire que le quartier de la Treille peut n’enorgueillir , à juste titre d'avoir compté parmi ses résidents au début du XVIIème siècle, un des plus illustres gersois . De plus il nous est permis de situer aisément l'hôtel de Roquelaure sur les lieux occupés actuellement par la Sécurité Sociale et non Place Villaret Joyeuses comme prétendument supposé ..

 

  • (*) Alors que dans son ouvrage pré-cité H Polge indique que c'est à Auch en son hôtel de la Treille qu' Antoine de Roquelaure maria sa fille Rose à Henri de Noailles en 1601 .

  • (1) Archives Municipales, cadastre de 1619 volume II , page 547.

  • (2) Acte de M° de Brie , notaire à Auch.

  • (3) Acte de M° de Brie ( étude de M° Gez )

  • (4 ) Acte de M° de Brie ( étude de M° Gez )

  • (5) Acte de Cornély, notaire ( étude de M° Odier )

  • (6) Revue de Gascogne XXIV p 136 ; Séance du 2 janvier 1893,

  • (7) Idem page 74 ,Séance du 5 décembre 1892,

  • (8) Etat des revenus du duc de Roquelaure , conservé aux archives du château de la Tour,

Commenter cet article